Forum 1 – La reconquête industrielle

Anne Lauvergeon, présidente d’honneur d’Areva
Jean-Marc Jancovici, spécialiste de la transition énergétique, co-fondateur de Carbone 4

« Le futur industriel de la Lorraine se construit en Moselle »

L’enjeu de la reconquête industrielle trouve sur notre territoire une résonance extrêmement forte, la Lorraine étant riche d’une tradition industrielle particulièrement importante et significative. « En Lorraine, c’est la Moselle qui incarne cet enjeu. Quelles que soient les crises qui ont été vécues, il faut parier sur l’avenir industriel de la région car c’est ici que ce futur se construit ». C’est en ces termes qu’Anne Lauvergeon a procédé à l’analyse de la situation de notre industrie, en insistant également sur l’enjeu énergétique. À cet égard, les réserves de gaz de houille des anciennes mines de charbon pourraient constituer un formidable potentiel de richesse énergétique pour la Lorraine. L’énergie, au cœur de la problématique industrielle ? « Le ressort de la croissance, selon moi, c’est l’énergie », insiste Jean-Marc Jancovici, qui s’est livré dans son intervention à une analyse sans concession de la situation économique mondiale dans le contexte de la fin des énergies fossiles et de la nécessité absolue de préparer la transition énergétique. « Il faut décarboner l’économie » a-t’il  affirmé en conclusion de son brillant exposé.

Anne Lauvergeon quant à elle, faisant le constat que notre pays hélas « a perdu le sens de la stratégie, le sens de l’industrie » souligne et identifie les conditions essentielles à réunir pour réindustrialiser notre économie : « chasser en meute c’est-à-dire mettre en œuvre des solidarités multiples entre les entreprises, les banques, l’État, les collectivités… et organiser une gouvernance stratégique  ;  relancer l’industrie par l’investissement ; pérenniser les sites industriels existants ou les reconvertir ; enfin, développer les exportations. Ce sont là les fondements d’une industrie performante ».

En conclusion, Anne Lauvergeon qui par ailleurs préside le fonds « Agir pour l’Insertion dans l’Industrie » a à nouveau affirmé que l’avenir de la Moselle passe par l’industrie et nécessite, ici comme ailleurs, qu’un véritable pacte industriel soit mis en œuvre, « Nous devons construire une reconnaissance collective » a-t-elle encore ajouté.